Voyage

Trekking à Cerro López à Bariloche

Pin
Send
Share
Send


Aujourd’hui, cela fait deux semaines que nous avons quitté l’Argentine et que nous sommes passés au Chili du Villa La Angostura par le col du Puyhme. Juste avant, nous avions passé une semaine entière à Bariloche et ses environs à faire un peu de tout et à inclure une randonnée à Cerro López qui nous a réchauffés pour relever de grands défis en montagne.


En montant, nous nous sommes arrêtés quelques secondes pour contempler les vues exceptionnelles que la route nous offrait. C'était une journée ensoleillée et pas un seul nuage ne se trouvait dans un paysage aussi magnifique. La chaleur se resserrait et nous nous hydrations de temps en temps. Finalement, nous avons réussi à atteindre le refuge en seulement 2 heures et 20 minutes sur les 4 indiquées sur la carte. Nous étions presque arrivés au sprint et étions trempés de sueur malgré le fait que dans la dernière partie, la température avait chuté et que nous ayons commencé à trouver de petites plaques de neige.

Le refuge de López est très basique. Il manque de douches et les toilettes n’avaient pas d’eau courante bien qu’elles puissent être cuites et ils ont même offert un service de cantine avec quelques plats chauds, des sandwichs et de nombreux chocolats, bonbons et snacks. Le prix par personne est de 35 pesos si vous restez pour dormir et de 5 si vous ne souhaitez vous protéger que pendant un moment ou utiliser les toilettes. Les chambres ont une vingtaine de lits et les matelas sont recouverts de la même poussière que vous, le sac de couchage devient donc indispensable, à moins que vous ne souhaitiez dormir sur le sable.

Nous avons dîné nos sandwichs et avons demandé une bouteille de vin dans une salle à manger qui était pratiquement sombre la nuit venue. Le thème était vivant parce que nous étions plus de 30 personnes, principalement des Argentins, mais la fatigue nous a vite battus et nous nous sommes endormis en pensant au lever du jour au sommet, à plus de 2 000 mètres d'altitude et devant avancer. Un mur rocheux qui, comme l'ont dit des Israéliens qui étaient déjà passés, était très mal balisé et rendait la route difficile jusqu'au sommet.

C'était notre premier mauvais temps lors de trekkings en Amérique du Sud - mais pas le dernier - parce que le lendemain matin, il nous a offert les premiers nuages ​​bas de toute la semaine, ce qui rendait la tentative de montée inutile parce que la visibilité était nulle. Je fixai le sommet entouré de nuages ​​avec une terrible impuissance parce que tous les efforts de l'après-midi précédent avaient été perdus, mais nous ne pouvions rien faire.

Selon la carte, nous sommes restés moins d'une heure et demie - sans nous perdre - de quelques-uns des plus beaux d'un autre monde du haut de la colline. Nous attendons la prochaine fois, mais je vous conseille certainement le trajet.

Pin
Send
Share
Send